À mon tour …

… de partir !
L’Église m’appelle à une nouvelle mission. Je suis nommé curé de Mortagne-au-Perche en Basse-Normandie au mois de septembre. C’est un retour à la terre. J’étais dans le rural avant d’arriver à Meyzieu, et j’y retourne. Cela ne me déplaît pas. J’ai aimé la banlieue lyonnaise, j’aimerai la campagne percheronne.
Au moment de vous quitter, je jette un rapide coup d’œil sur ces 7 années passées à Meyzieu. 7 années extraordinaires. J’ai grandi. J’ai appris. J’ai vieilli, naturellement. J’ai dû vous faire vieillir aussi un peu. Parmi les nombreuses richesses approfondies ou découvertes ici : la paternité spirituelle, notamment avec le Patronage ; et la collaboration avec les laïcs, en particulier au Patro, avec Tiffany que je tiens à remercier d’une manière toute particulière. Les 5 essentiels, la mission, etc.…
Sept ans, c’est pas mal ! On s’attache. Oui. Et c’est nécessaire. Le berger connaît ses brebis et les brebis le connaissent. On ne va pas fermer son cœur pour ne pas souffrir d’une séparation. Il y a bien sûr un équilibre à trouver. C’est notre attachement au Christ qui en est le garant. Le pasteur doit être attaché au Christ. Les fidèles aussi.
Le prêtre doit conduire au Christ, et sa parole, son intelligence et son cœur doivent tendre à ce but : l’attachement des fidèles au Christ.
Je quitte avec nostalgie un diocèse extraordinaire. J’ai une grande recon-naissance envers Mgr Barbarin pour sa foi, son zèle, son feu, son amour de la Parole, sa confiance, sa proximité, sa délicatesse. Une grande reconnaissance aussi envers le diocèse en général, envers tous les prêtres du diocèse, envers tous les laïcs en mission ecclésiale pour l’accueil bienveillant, la confiance, le professionnalisme, le sens de la subsidiarité, la liberté pastorale.
Un grand merci à vous tous pour tout ce que vous m’avez apporté, pour la correction fraternelle, pour la joie, l’amitié. Vous m’avez tous aidé à grandir dans mon sacerdoce. Je ne me rends pas encore bien compte, mais je sens que ce départ va m’affecter un peu. Je suis heureux de cette nouvelle mission que l’Église me confie. Je vous garde dans mon cœur et mes prières, je prie pour la paroisse de Meyzieu, et pour notre cher Patro. Vous allez me manquer, le Patro va me manquer aussi. Il va falloir que je fonde un Patro à Mortagne…
Priez donc pour que je ne meure pas de froid là haut, priez pour que je sois un bon père, un bon frère et un homme de Dieu.
Vive l’Église, vive la paroisse de Meyzieu, Jons, Jonage et Pusignan et vive la communauté Saint-Martin.

Don Jean-Baptiste, vicaire