L’homélie du dimanche

Quelques photos des confirmations

et de l’inauguration le 30 mai avec Mgr de Germay

!

Actualité

Don Mael

Bien chers frères et sœurs dans le Christ, Ca y est, les grandes vacances ont Commencé : les enfants sont peut-être partis, au patronage, en camp ou chez leurs grands – parents, certains parents travaillent encore, d’autres sont ou seront bientôt en congés. Beaucoup vont partir en famille, à la montagne ou à la plage, à la campagne ou à l’étranger, certains ne partiront pas, soit qu’ils préfèrent rester se reposer à la maison, soit que diverses circonstances ne leur permettent pas de partir.

Quoi qu’il en soit, quelle que soit notre situation, n’oublions pas que Dieu, lui, ne prend pas de vacances, et continue à veiller sur nous. Que ce temps de pause dans nos préoccupations quotidiennes ne soit pas l’occasion de mettre en pause notre vie spirituelle, mais au contraire qu’il soit l’occasion de la vivifier, c’est là la clef de vacances chrétiennement vécues et réussies.
Que nous partions ou que nous restions, profitons de l’été pour prendre le temps de soigner notre relation à Dieu, à nous même, et à notre prochain.

A Dieu d’abord. Si nous voyageons, sachons nous arrêter devant de beaux paysages, et rendre grâce à Dieu pour la beauté de sa création. Et si le rythme habituel de nos journées avec leurs obligations familiales et professionnelles, ne nous permet pas de prendre de longs moments de prières, profitons des vacances pour passer du temps gratuit avec Dieu. Pourquoi, par exemple, ne pas faire une petite retraite dans une abbaye ? A nous-mêmes ensuite, prenons le temps de respirer, de lire, de nous promener. De faire ce qui nous détend vraiment et nous permettra d’attaquer la rentrée avec des forces renouvelées.

A notre prochain enfin. En famille, les vacances permettent de vraies et profondes conversations qu’il est bon d’avoir avec nos enfants et que, bien souvent, le rythme scolaire et l’urgence du moment nous font repousser. Planifions ce temps de vacances familiales, sans le surcharger à l’avance d’activités, mais en désirant prendre le temps d’être à l’autre dans une écoute attentive et un désir de parler pour transmettre ; trouvons aussi l’occasion de nous aimer par le partage d’activités mais aussi de paroles, d’entraide. Privilégions cet été le temps en famille pour que nos petits comme nos grands puissent avoir le temps de s’aimer. (Inès de Franclieu dans un article du site Aleteia)

Avec nos amis : si nous avons la chance de pouvoir profiter des vacances pour revoir des amis chers que la distance ne permet pas de voir dans l’année, bénissons le Seigneur, si nous ne pouvons pas, prenons du moins le temps de leu écrire ou de leur téléphoner. Sachons prendre aussi soin des autres : pourquoi ne pas profiter des vacances pour aller faire connaissance avec ce voisin que l’on croise chaque jour sur le pallier, en allant travailler ou en rentrant du travail, mais avec qui l’on n’a jamais eu l’occasion de discuter vraiment, en dehors des salutations s’usage. De même, n’oublions pas ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir partir : pourquoi ne pas inviter par exemple un camarade de classe de votre enfant, dont les parents n’ont pas les moyens de partir. Que ce temps de vacances soit pour tous un temps favorable, un temps pour apprendre autrement à nous donner à Dieu et à notre prochain !
Don Maël +

Les « paroissiens-siennes » et d’autres, qui liront cet édito seront un peu surpris de l’utilisation de l’écriture inclusive.

Ceci est une manière comme une autre d’entrer dans le vif du sujet sans pour autant engager un débat. En effet l’écriture inclusive souhaite finalement revisiter l’écriture afin de placer le féminin à égalité avec le masculin.