La création

Afin de  matérialiser l’exceptionnelle beauté de la création , et d’essayer de sortir des sentiers battus nous avons décidé d’utiliser certaines  curiosités du monde animal afin de favoriser la mémorisation de ce numéro de Musique Emoi consacré à la Création.

 Il est clair que bien d’autres choix étaient possibles , mais les 2 insectes ci dessous ont été choisis , ( ils le sont rarement ), tant ils paraissent insignifiants.

Notez quand même que le ver luisant a été élu animal de l’année 2019  par Geo Environnement et Pro Natura

Le but principal de cet édito relatif à la création est d’attirer l ‘attention sur l’émerveillement qui devrait être moteur de nos journées , puisque cette création voulue par DiEU est tout simplement époustouflante !!!

  VER  LUISANT (dans une nuit majolane …) 

VER LUISANT (dans une nuit majolane …)

Le ver luisant : ( monde animal / insecte )

La femelle qui n’est pas dotée d’ailes , se déplace avec ses pattes uniquement sur la terre  Elle  a la capacité de transformer 99% de son énergie en lumière , ce qui lui permet d’attirer  en pleine nuit le mâle , qui lui équipé d’ailes  , est capable de voler à travers les airs. C’est lors de l’accouplement que la lumière de la femelle  s’éteint.

Ces  curiosités qui doivent nous émerveiller mettent en valeur la complémentarité entre le mâle et la femelle et l’importance de la lumière capable de guider en pleine nuit un insecte de quelques millimètres , vers sa dulcinée.

L’éphémère permet de séparer la lumière  des ténèbres ,  ça ne vous rappelle pas quelquechose ?

Imaginons un instant la lumière que nous serions capables d’émettre en devenant capacité , c’est un peu comme si on parlait du nombre de pas sur l’eau du lac qu’aurait pu faire Pierre si….

EPHEMERE 

EPHEMERE

L’éphèmère : ( monde animal / insecte )

Un insecte qui ne vit que de  quelques heures à une journée .Durant sa courte vie, cependant l’éphémère prendra le temps …de naître , de vivre , de se  reproduire (en plein vol  ) et de mourir .

C’est une des caractéristiques ancestrales de cet insecte ailé apparu il y a environ 350 millions d’années. Il est donc le plus vieux du monde (encore vivant) dans sa catégorie et paradoxalement un de ceux qui vit le moins longtemps. Extra-ordinaire !!!

Émerveillons nous ,même si nous n’avons pas , l’ éphémère et nous , les mêmes notions d’espaces et de temps  .

La journée de l’éphémère correspond à 80 ans en moyenne pour un être humain soit environ 30 000 jours !

Dans ce même rapport , pouvons-nous imaginer une créature capable de vivre 30 000 fois 80 ans soit un être avec une espérance de vie de  … 2 400 000 années .

L’héphémère doit nous aider à comprendre que nos raisonnements humains sont très limités concernant les notions d’espace ( univers ) et de temps .

La création qui a duré 7 jours seulement nous propose à l’éternité.

Imaginer la vie éternelle ? elle est très longue …surtout sur la fin disait un humoriste

Plus sérieusement Dieu est notre espérance , rien ne nous séparera de son amour et ce pour l’éternité.

L’héphémère nous a aidé à réfléchir sur l’éternité et ce n’est pas le seul avantage de cet insecte qui est pendant toute sa vie en mouvement , il est certainement pris lui aussi , dans la dynamique de la Création.

 Si cet édito pouvait par son côté un peu décalé , susciter de l’émerveillement , alors il aurait atteint son objectif.

L’émerveillement …une louange toujours recommencée .

N’oublions pas que le Créateur lui-même :

« Vit que cela était bon  …  »  démonstration éclatante de la force du sentiment d’émerveillement , dès le début de la création et ce par le Créateur lui même .

Pour conclure ce petit édito , écrit à partir de  2 petits insectes , revenons à la création :

l’ émerveillement devrait être un support important de la qualité de notre espérance  , et ce pour l’éternité.

S’intéresser et s’émerveiller de la beauté de la création pousse profondément à l’humilité, ce n’est pas le moindre des avantages !

* de nombreuses répétitions , relatives à l’émerveillement , impactent cet édito, mais sans être émerveillés par ces répétitions , nous espérons qu’elles porteront en final un peu de fruits

Sachons  rester enthousiastes ( don Antoine )

LES ŒUVRES CHOISIES  : 

LES MORCEAUX CHOISIS

L’orage

« Dieu pardonne toujours, l’homme parfois mais la nature jamais. » Pape François

Une fois n’est pas coutume, ce numéro de musique Émoi vous présente deux morceaux, plutôt courts, afin de pouvoir apprécier la manière d’appréhender l’orage en musique aux XVIIIème et XIXème siècle. Il ne s’agit pas de comparer mais plutôt d’imaginer et de ressentir, grâce à l’écoute des morceaux, deux ambiances différentes.

Tout d’abord, bienvenue chez Jean-Philippe Rameau. L’orchestre est, au XVIIIème siècle, plutôt restreint : ici juste des cordes et un clavecin mais cela suffit pour recréer l’ambiance électrique de l’orage. Imaginons un spectacle qui est à la fois dans l’écoute de la musique et dans l’observation du jeu des musiciens. Le tonnerre gronde sous les doigts agiles du claveciniste, la rapidité du jeu des cordes fait virevolter les archets qui zèbrent l’espace tels des éclairs. La rapidité d’exécution permet d’imaginer aussi les rideaux de pluie qui se succèdent entraînés par les bourrasques.

De son côté, Ludwig van Beethoven dispose lui d’un orchestre plus important avec des cordes, cuivres et bois qui par leurs différentes couleurs de timbres installent dès le départ un climat inquiétant puis l’entrée des percussions révèle ce que l’on pouvait prévoir : l’orage éclate tout en puissance, majestueux même. Cependant, Beethoven ne joue pas sur la surenchère et à partir de 2’50, on entend que l’orage s’éloigne petit à petit avec beaucoup de délicatesse dans l’exécution instrumentale.

L’énergie qui se dégage de l’exécution de ces deux œuvres impressionne comme nous pouvons l’être lorsque nous sommes vraiment confrontés aux éléments déchaînés: nous sommes alertés peut-être parce que nous avons eu peur.

Cependant, la nature nous alerte avant tout de façon muette: la disparition des espèces, la fonte des glaces ne font pas beaucoup de bruit au quotidien sauf si l’homme se sent directement menacé.

Alors, tout comme Dieu est présent dans la brise légère, essayons d’être plus attentif à ce qui ne fait pas de bruit mais qui est néanmoins essentiel à tous.

 Beethoven dans la nature , en réflexion sur la …création

La référence relative à la louange de la Création :  St François d’Assise 

LE  COMPOSITEUR

La nature et ses sonorités ont toujours inspiré l’homme. Un orchestre s’offre à nous et son chef d’orchestre représente les saisons !

Chaque compositeur a eu un ressenti très personnel voir intime avec tous les éléments naturels.

Jean-Philippe Rameau , né  à Dijon en 1683, inhumé en 1764  à  l’église Saint-Eustache à Paris est un musicien compositeur et théoricien reconnu pour l’écrit de son traité  d’harmonie.

Mauvais élève au collège des jésuites, il quittera ses études pour vivre de sa passion, la musique.

Organiste à  Notre Dame de Dijon, puis aux Jacobins à Lyon, ensuite à la cathédrale de Clermont Ferrand, et maître de Chapelle à notre Dame d’Avignon. En 1722 il s’installe à Paris et est nommé organiste des Jésuites, rue Saint Jacques.

En 1745, Louis XV le nomme « compositeur de chambre de la cour royale ».Il exerce également son  talent à la direction de son propre orchestre. Il fut un maître dans la création d’opéras ballet. L’écoute que nous avons sélectionnée « l’orage » est extraite de son  opéra « Platée » créé en 1745.

Nous avons peu d’écrits sur la relation du compositeur  avec la nature mais cet extrait est étonnant dans la description musicale d’un orage.

Notre deuxième compositeur offre une démonstration même du ressenti profond avec la nature.

Ludwig van Beethoven (né a Bonn en 1770, inhumé à  Vienne  –Autriche – en 1827), un amoureux de la nature, trouve dans celle-ci sérénité et inspiration. Sa symphonie n°6 « la Pastorale » est un pur hommage  aux prairies et forêts qui l’entourent. Le sous-titre annoté par le compositeur, « expression du sentiment plutôt que peinture », révèle la force de sa passion pour la nature.  En comparaison, l’art pictural cristallise un paysage par les couleurs et le geste, alors que la musique est une vibration à part entière, que sa surdité  n’a fait que décupler.

Pour exemple, la forêt viennoise où il aimait faire corps avec la terre et les arbres en s’allongeant dans l’herbe pour mieux être en « accord parfait » avec elle. Ecouter la musique de Beethoven c’est entrer dans son intimité, tout est si intériorisé qu’il ne peut créer que la musique du « JE », et chacune de ses créations fait exploser son génie. Inspiration aussi dans ses sonates, n°5 « Le printemps », n°14 « clair de lune », la 17, « la tempête ». Les paroles sont inutiles avec Beethoven, sa musique est l’expression même de sa force.

Cette passion pour la nature n’a pas été le seul apanage de notre cher Beethoven, mais d’un nombre considérable de grands compositeurs.

La création source d’inspiration infinie :

Assis au bord d’un ruisseau, d’un lac, de la mer, vous entendrez  le dialogue entre le vent et l’océan tant exprimé par Debussy.

Par les bois et les prés, les 4 saisons résonnent, un chant d’oiseau annonce le printemps et les grondements de l’orage la fin de l’été.

Pour finir la journée, admirez  un clair de lune  émotion et poésie du soir, si bien exprimées dans les œuvres de compositeurs

Le calme de la nuit s’installe. Observez les astres comme le compositeur Holst a su le faire dans son œuvre fascinante « les planètes » qui inspira John Williams pour certains thèmes de la musique du film star wars.

Chacun a sa perception de l’œuvre qu’il écoute.

Nous ne pouvons conclure cet hommage à la nature, sans citer SAINT FRANCOIS D’ASSISE, et son cantique des créatures.

« Frère soleil, sœur lune, frère vent, sœur eau, frère feu, et mère la terre »

Par eux tu maintiens en vie toutes les créatures ».  (Extrait)

Que tout homme se souvienne de ce cantique qui symbolise amour et humilité. Saint François d’Assise un écologiste avant l’heure.

Le QUIZZ n° 9

1-Il y a deux récits successifs de la création dans la Bible.

A-Vrai   B-Faux

2-La création du monde dans la bible se situe dans un des livres qui la compose mais lequel?

A-Nombre  B-Genèse   C-Exode

3- Laudato Si, le titre de l’encyclique du Pape François au sujet de l’écologie est extrait du Cantique des créatures de Saint François d’Assise.

A-Vrai   B-Faux

4-Le label Église Verte est un outil à destination des paroisses / Églises locales ainsi que des oeuvres, mouvements, monastères et établissements chrétiens qui veulent s’engager pour le soin de la création. Ce label existe depuis :

A-2015  B-2016  C-2017

5-La saison de la Création a lieu du 1er septembre au 4 octobre à l’initiative du Pape François.

A-Vrai   B-Faux

Résultats du quizz n° 8

1-a    2-c    3 c    4-a    5 -c

ANCIENS ARTICLES MUSIQUE EMOI

Musique Emoi n°9 – La création

Afin de  matérialiser l’exceptionnelle beauté de la création , et d’essayer de sortir des sentiers battus nous avons décidé d’utiliser certaines  curiosités du monde animal afin de favoriser la mémorisation de ce numéro de Musique Emoi consacré à la Création.

Musique Emoi n°8 – Gloire à DIEU

Chant de louange à la Sainte Trinité énumérant les qualités des trois personnes divines, le Gloria in excelsis est une hymne dont les premières paroles reprennent le chant des anges à Bethléem (Évangile selon saint Luc 2, 13-14) - d’où son nom « d’hymne angélique ».

Musique Emoi n° 7 - LE CŒUR et la RAISON, Don Antoine journaliste ?

« La raison est une lumière procédant de Dieu ; elle illumine l’esprit et soutient la foi qui ne peut contredire la raison puisqu’elles émanent toutes deux de Dieu. Tout homme étant créé à « l’image de Dieu » peut remonter jusqu’au créateur par la raison. » St Thomas d’Aquin
,

MUSIQUE EMOI N°6 - LES FEMMES

Les « paroissiens-siennes » et d’autres, qui liront cet édito seront un peu surpris de l’utilisation de l’écriture inclusive. Ceci est une manière comme une autre d’entrer dans le vif du sujet sans pour autant engager un débat. En effet l’écriture inclusive souhaite finalement revisiter l’écriture afin de placer le féminin à égalité avec le masculin.

MUSIQUE EMOI N°5 - PASSION = PERFECTION

Ce numéro de Musique Emoi sans être parfait va pourtant essayer de l’évoquer cette perfection par l’intermédiaire du chiffre 7. Pour simplement pouvoir évoquer le chemin de la perfection, il est indispensable de reconnaître et de travailler notre petitesse pour qu’ il grandisse. Pour cela quelques chiffres édifiants en dehors du 7 au profit de notre humilité, et de la grandeur de la création.

Musique Emoi n°4 - CANTATE  – BUWV 6 - an filius non est Dei

Avec Syméon , le mois dernier nous avions entrevu l’Espérance. Avec ce n° 4 nous abordons  la Transfiguration . ( Espérance et Transfiguration méritent bien une majuscule ! ) ...c’est fait !!! Comme Syméon , acceptons non de prendre , mais de recevoir Jésus , ce n’est pas tout à fait la même chose…

Nunc Dimittis : Arvo Pärt

Musique Emoi Ce mois nous avons choisi de vous présenter …musicalement Syméon , homme rempli d’Esprit Saint.

AVE VERUM - « La musique de MOZART intime fusion de l’expression et de la beauté »

En ce début d’hiver, nous vous proposons de nous réchauffer avec l’Ave Verum composé par Mozart au mois de juin 1791. Choix surprenant pour ce mois de janvier ? Cela n’est pas si sûr....
Ave Maria - Caccnini

Musique EMOI - Ave Maria Caccini

A l’initiative de don Antoine , Nous avons décidé de créer un petit groupe de travail que nous avons dénommé « A.M.I » Le but premier de ce petit groupe correspond à essayer de mettre en valeur  , l’importance de la musique , vecteur  d’ intériorisation et de  méditation. Ce groupe a été créé en un tour de main avec enthousiasme , nous avons dans la foulée ,  décidé de baptiser notre travail : MUSIQUE EMOI